Dégradation du climat social : que faire ???

La dégradation du climat social s’accélère et dans certaines directions, un climat délétère s’installe. Trop de salariés déclarent ouvertement vouloir partir : rien ou peu à faire pour certains et trop à faire pour d’autres qui n’en peuvent plus ; un grand mécontentement pour beaucoup, face aux misérables augmentations et parts variables ; d’incessantes demandes de réductions de coûts, peu porteuses de sens pour un groupe comme Total et qui pourraient s’avérer contreproductives voire dangereuses  ; des pressions, de la mauvaise humeur, voire des coups de colère, venant parfois du plus haut, qui se répercutent de haut en bas tout au long de la ligne hiérarchique ; trop de chefs qui ne pensent qu’à plaire à leurs propres chefs, plutôt qu’à rechercher le véritable intérêt de l’entreprise ; un système de promotions qui fait la part belle à la loyauté (feinte ou réelle) plutôt qu’à la compétence ; des réorganisations expérimentales sans fin ; des filialisations plaçant les salariés filialisés au « service » d’autres collègues, considérés comme assumant des fonctions plus importantes ; une DRH défaillante, qui accompagne le changement dans le mauvais sens en sapant davantage le contrat social… Pas étonnant que la mauvaise humeur finisse par se répandre chez les uns et les autres...